AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Young Dumbledore IS FULL OF EPICNESS!!! (update: thread musique de jeux)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Re: Young Dumbledore IS FULL OF EPICNESS!!! (update: thread musique de jeux)   Ven 10 Mai - 17:29

Ah, c'est assez différent dans l'écriture, je comprends qu'on puisse préférer BG qui est plus direct que Torment, question de goût Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Dead or Alive   Ven 10 Mai - 17:48

Allez, un petit jeu de baston pour changer des RPG.

Et c'est Dead or Alive qui s'y colle.

Bon, je sais que pour la majorités des personnes qui connaissent de loin ou de près ce jeu, DOA, c'est juste un jeu avec des babes aux boobs démesurés et à la physique particulière, puisqu'ils peuvent bouger dans des directions opposées, rien que ça! Rolling Eyes Ouep, on aura vu moins sexiste, même dans le cadre des jeux de baston, je suis d'accord.

Mais ce n'est pas tellement pour ça que j'y ai accroché pour ma part. En fait, c'est le seul jeu de baston après Street Fighter 2 sur snes qui m'ait intéressé, en-dehors des jeux sur néo-géo ou bornes d'arcades qui étaient de toute façon hors de prix ou tout simplement indisponibles dans mon patelin.

Une grande particularité de ce jeu de baston est son système de combat triangulaire. Chaque type d'attaque peut contrer une autre attaque, un peu comme un pierre-feuille-ciseaux:
- les frappes (poing et pied) contrent les projections.
- les projections contrent les choppes
- les choppes contre les frappes

Ce qui fait que, contrairement à des jeux plus classiques, il est beaucoup plus simple d'arriver à contrer à peu près tout ce que fait l'adversaire. Evidemment, els râleurs parleront de jeu du pif, perso, je trouve que c'est un jeu excellent pour s'affronter entre joueurs qui se connaissent bien. A partir du moment où on connaît bien certaines habitudes de son adversaire, on peut commencer à élaborer des stratégies vraiment bien fourbes, lui "manger la cervelles" et arriver à contrer tout ce qu'il fait. Mais là où c'est amusant, c'est qu'une fois que l'adversaire a pris sa tannée, il peut revenir à la charge en modifiant un peu sa strat et foutre à son tour la misère. A la suite de quoi, c'est à notre tour de s'adapter, et ainsi de suite, jusqu'à aboutir à des espèces de chorégraphies où on arrête pas de se contrer à tour de rôle et où le moindre erreur est fatale. La facilité d'exécution des Dead or Alive est aussi pour beaucoup dans ce plaisir, pas besoin d'apprendre des combos très compliqués (même si dès le 1, ils ont fait des modes trainings assez bien fichus) pour arriver à faire quelque chose, contrairement à un SFIV qui est le faux ami du noob à ce niveau-là.

Bref, cette série est assez méconnue du grand public, assez critiquée (et à raison) pour l’hyper sexualisation de ses combattantes, ainsi que pour la part assez importante accordée au mind-game (beaucoup moins dans le 5 quand même) mais elle vaut définitivement le détour Very Happy (Edit: gaffe quand même, le netcode du 5 est vraiment en bois, dommage quand on voit la qualité globale du jeu)

Je vous mets la bande-son du premier épisode sur playstation, c'est le seul auquel j'ai joué avec le 5, et je préfère vraiment les musiques du premier pour ma part Smile

https://www.youtube.com/watch?v=wxX3hkEEbKQ&list=PL14B12CB6EA2C3E68
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Virtua Fighter 5 Final Shodown   Dim 12 Mai - 8:09

Allez, un autre jeu de baston 3D, et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit de la série-mère de ce genre: Virtua Fighter.

C'est un jeu qui n'a pas connu le même succès que certains de ses concurrents (Tekken ou Soulcalibur) qui lui ont tant emprunté.

Pour être honnête, avant la ressortie de ce jeu en dématérialisé sur Xboxlive, je n'avais vu tourner que le tout premier de la série sur une borne d'arcade pendant quelques minutes. Mais déjà à l'époque, j'avais été bluffé par la qualité d'animation du titre, comparé à Tekken qui paraissait assez pataud à ce niveau-là. En fait, c'est le tout premier titre 3D que j'ai vu tourner, et c'est lui qui m'a convaincu que finalement, la 3D possédait un potentiel énorme, même si tout paraissait super-cubique. Assez ironiquement, ce jeu était développé par SEGA, mais a convaincu SONY de mettre la gomme niveau processeurs 3D pour une certaine Playstation, alors que SEGA faisait de sa Saturn une console dédiée à la 2D. Aujourd'hui, on voit le résultat: SEGA est obligé de s'allier avec Nintendo, son rival historique pour survivre, tandis que Sony est un des "Big Three" du monde de la console. Triste destin d'une compagnie pourtant pleine de talents.

Mais revenons à VF, je ne me suis frotté à cette série que très récemment donc, avec la sortie de Virtua Fighter 5 Final Showdown (ils battent presque Capcom niveau titres à rallonge). Et j'ai encore été bluffé par la qualité de l'animation, définitivement, c'est le meilleur jeu de ce genre dans ce domaine-là. Un autre truc assez surprenant, c'est qu'il n'y a réellement aucun clone, tous les persos sont bien différenciés par leur corpulence, leur modélisation, leur façon de bouger, leur palette d'attaques. Ça paraît con dit comme ça, mais même moi qui adore DOA, je ne peux que reconnaître la différence profonde entre les deux jeux à ce niveau-là.

Bon, il y a quand même deux défauts qui rebutent: d'une part, le jeu est ultra-technique, c'est quasi-impossible d'apprendre à maîtriser plusieurs persos à la fois, et choisir "son" perso devient du coup assez délicat. L'autre défaut, c'est que le jeu se veut assez réaliste dans les arts martiaux représentés, et à ce niveau-là, c'est très réussi! Mais du coup, ça manque un peu de fun et de ce côté spectaculaire qu'on peut trouver dans DOA par exemple.

Il n'en reste pas moins que ce titre est un des tous meilleurs jeux de baston jamais sortis, et qu'il est disponible à un prix vraiment modique sur XBLA ou psn (sans les costumes fantaisistes).

Je mets la bande-son comme de coutume, pas qu'elle m'ait tellement marqué l'oreille, mais elle n'est pas catastrophique non plus, avec quelques morceaux assez entraînants.

https://www.youtube.com/watch?v=SUBWh2zl850&list=PLA6D39CB039E7D4E6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philelf

avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 38
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Young Dumbledore IS FULL OF EPICNESS!!! (update: thread musique de jeux)   Lun 13 Mai - 9:55

A que de souvenirs avec ton post Bela !!

Perso mes jeux préférés solo ont été la série des Elder scroll (Morrowind, Oblivion and co...). J'attend le futur MMO même si j'ai un gros doute quand au gameplay... wait and see.

PS : ramène tes miches sur Azeroth, j'en ai marre de palatanker Razz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Prince of Persia, Sands of Time   Mar 14 Mai - 20:18

Merci pour le com', Philou, tu m'évites de poster un truc sur Morrowind après la surdose de J. soule Razz (mais écoutez quand même juste ça pour comprendre à quel point ce jeu est tellement plus mieux que Oblivion ou même que Skyrim -qui est pourtant très bon- http://www.youtube.com/watch?v=I2qDap4hnmk )

Pour mon retour en Azeroth, ça risque d'attendre un peu, j'ai des brouettées de jeux encore sur les bras, faut bien que je justifie leur achat.

Tiens, mon dernier en date, c'est le reboot de Tomb Raider. Jeu très sympathique (bien qu'un peu court niveau énigmes et manquant de dificulté), avec une Lara attachante, mais qui passe son temps à se prendre des gamelles. Sans dec, l'île dans laquelle elle évolue semble constituée à 50% de toboggans naturels, c'est impressionnant.

En fait, ce jeu m'a rappelé quand même quelques bons moments sur Prince of Persia, ce qui tombe bien, comme ça je peux enchaîner sur la soundtrack du jour, consacrée donc à Sands of Time, le seul épisode qui m'ait convaincu (pour être honnête, je n'ai pas essayé très longtemps l'Ame du Guerrier ou Les Deux Trônes).

Finalement, ce jeu a ouvert quand même de nouvelles pistes niveau gameplay à son époque pour les jeux d'aventure-action, ou beat them all, et des titres plus récents lui doivent beaucoup, comme les batman arkham, Bayonnetta ou Darksider. En même temps, je dis ça, mais je ne connaissais pas beaucoup d'autres jeux de ce style à cette époque, à bien y réfléchir, le Legacy of Caïn: soul reaver a sans doute une paternité plus riche que le Prince persan. Mais osef, je ne vais pas me lancer dans un débat des origines d'un sujet auquel je ne connais rien de toute façon! Écoutons plutôt la musique, délicieusement clichée, mais délicieuse quand même:

http://www.youtube.com/watch?v=jYPh-T8S35g&list=PL6649E8FCE8340113

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Geometry Wars: Retro Evolved 2   Mer 15 Mai - 18:33

Allez, aujourd'hui, c'est le tour de Geometry Wars: Retro Evolved 2 qui a droit aux honneurs.

Qu'est-ce que Geometry Wars? C'est ce qu'on appelle un arène shooter, en gros, on dirige un vaisseau qui doit détruire des hordes d'ennemis, mais contrairement aux shmups classiques, il n'y a pas de scrolling vers la droite où vers le haut, étant donné que l'on se trouve enfermé dans une pièce, et on peut tirer dans toutes les directions si on le souhaite. En fait, si il y'a bien un léger décalage quand on s'avance vers un bord ou l'autre de la pièce, étant donné qu'elle est légèrement plus grande que l'écran. Les commandes sont simples: le stick analogique gauche pour bouger, le stick analogique droit pour orienter le tir, et les gâchettes pour les smart bombes.

Comme son nom l'indique, tout l'univers de Geometry Wars est composé de ... figures géométriques plutôt abstraites. Foin de véritable vaisseau spatial comme dans les shmups classiques, ou d'écolière ou de soubrette qui envoie des points roses comme dans un Touhou. A la place, on doit détruire des hordes de Carré rose, de triangles oranges, de losanges verts ou violets à tête chercheuse. Au bout d'un moment, et dans certains modes de jeu, on trouve des ennemis plus fouillés, et on se surprend à reconnaître un clin d'oeil à Arcanoïd dans cette barre qui renvoie les tirs, ou à Centipede en voyant cette espèce de serpent annelé dont seule la tête est vulnérable, et plein d'autres références cachées derrière une apparente simplicité formelle.

Une autre particularité de Geometry Wars, c'est l'abus d'explosions qui rend parfois l'action fort peu lisible, et c'est bien dommage d'avoir ce défaut, parce qu'autrement, le jeu est génial. Le but principal est de scorer un maximum, pour cela, le système de points repose sur deux éléments: détruire les ennemis qui donnent un certains nombre de points de base, et surtout, ramasser un maximum de fragments que laissent traîner les ennemis détruits, chaque fragment augmentant un multiplicateur de points du score de chaque ennemi descendu par la suite. La difficulté vient donc de là: approcher suffisamment les ennemis pour pouvoir ramasser les fragments, mais éviter que eux ne nous touchent à leur tour.

Le jeu comporte plusieurs modes de jeux assez originaux, et celui qui a l'air de retenir le plus de suffrages, c'est le mode pacifisme, dans lequel on est poursuivi par des hordes d'ennemis à tête chercheuse, et notre seul moyen de les détruire est de les faire exploser en passant des portes à côté d'eux. Perso, je suis vraiment une brelle dans ce mode-là Very Happy

Si vous avez une 360, je vous recommande de télécharger la démo, elle vous ouvre juste le mode temps limité qui est déjà très bien pour vous donner une idée du jeu final, et ce, autant de fois que vous le voudrez, le seule handicap étant qu'on ne peut conserver les scores.

Allez, il est temps de vous envoyer la musique, et de signaler que c'est une bande-son dynamique, elle change un peu en fonction des événements dans le jeu, c'est très agréable dans le feu de l'action, rien à voir avec une simple écoute à plat.

https://www.youtube.com/watch?v=mCWrgfeVnzE&list=PL3C7389F2E885DD95
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Chrono Trigger   Jeu 16 Mai - 20:38

Mine de rien, j'arrive à trois pages rien qu'à évoquer mes souvenirs vidéo-ludiques. C'est étonnant, quand j'ai pris la décision de faire ce thread musiques de jeux, je pensais pas avoir autant à dire sur le sujet. Mais à mesure que les souvenirs resurgissent, je me rappelle d'autres jeux, qui m'en évoquent à leur tour d'autres, et du coup, ça fait du monde à l'arrivée ^^

Bon, je n'évoquerais pas, je pense TOUS les jeux auxquels j'ai joué, certains ne m'ont pas marqués, d'autres étaient mauvais, d'autres avaient une ost nulle, les raisons ne manquent pas de faire le tri. Mais j'espère durer comme ça encore un petit bout de temps Wink

Allez, pour l'occasion de la troisième page, je vais vous mettre un jeu que je voulais évoquer depuis un bout de temps: Chrono Trigger.

Donc, Chrono Trigger est un JRPG quasi unanimement acclamé à sa sortie. Fruit de l'union des deux géants du JRPG -rivaux à l'époque, avant que l'un ne mange l'autre- Squaresoft (final Fantasy, Secret of mana entre autres) et Enix (Dragon Quest, alias le jeu qui a une loi japonaise rien qu'à lui lui interdisant de sortir un épisode un jour de semaine afin d'éviter que les élèves ne sèchent les cours pour y jouer), il a su mêler divers talents pour faire une dream team du jrpg. Bon, je ne connais pas tous ceux qui y ont participé, mais il y a quand même Akira Toriyama, le papa de Dragon Ball au chara-design, et rien que ça, ça envoie du bois!

En bref, le jeu raconte les aventures de Chrono, jeune héros typé shonen, qui se retrouve, en compagnie d'autres personnages de rencontre, entraîné à visiter toutes les époques de son monde afin d'empêcher que Lavos ne détruise tout, façon chute de météore suivie d'un super-volcan.

Et donc, le jeu est génial, et je vais me contenter de ça. Honnêtement, essayez-le, il est trouvable sur émulateur sur pc, ou de façon officielle sur DS ou 3DS.

Avant de passer à l'ost géniale du jeu (sans déconner, c'est vraiment une des toutes meilleures à être postées sur ce thread, d'autres sont oubliables, mais pas elle ^^) je vous invite à vous passer en boucle cette petite vidéo du personnage le plus badass et émouvant à la fois du jeu, j'ai nommé Frog, alias Glenn:
https://www.youtube.com/watch?v=1KW7oM772Yg

Et une fois que vous aurez fait ça, vous aurez le droit d'aller écouter le reste ici, mais attention, trichez pas Razz
https://www.youtube.com/watch?v=2GnAEfyemhk&list=PL38A0B48092C0970B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: The Legend of Zelda: Ocarina Of Time   Sam 18 Mai - 12:47

Et hop, une autre ost, celle de Ocarina of Time.

Dire que ce jeu était attendu relève du doux euphémisme. Depuis le Zelda de la snes (1992) il n'y a guère eu que Link's Awakening (auquel je n'ai jamais joué, n'ayant pas eu de Game Boy) pour faire patienter les fans. Et au vu des capacités de la N64, du travail effectué sur Mario 64, des échos de la presse spécialisée, il y avait tout lieu de placer de grands espoirs dans cet épisode. Et ces espoirs ont été largement comblés! Ocarina of Time a tout simplement été LA raison d'acheter une N64 pour nombre de joueurs, reboostant les ventes assez médiocres de la console pour le coup.

Je me rappelle à l'époque que mon frère et moi avions pré-commandé pour la première et seule fois de notre vie le jeu dans une boutique spécialisée de Poitiers. Tout le monde savait qu'il n'y en aurait pas pour chacun à la sortie. Et comme beaucoup, cette préco n'aura servi à rien, le vendeur en question n'ayant pas jugé bon de nous garder un exemplaire sous le coude, on était bien dégoûtés sur le coup :/

Mais une fois le jeu trouvé dans un magasin généraliste quelques jours plus tard, nous étions juste fous de joie et le plus difficile était de savoir à qui c'était le tour d'y jouer. Ouep, comme des vrais gamins ^^

Je me souviens de certains passages où la coopération aura été nécessaire, comme cet horrible temple de l'eau totalement labyrinthique. Et puis, les balades à dos de cheval dans la plaine d'Hyrule, la recherche des skultullas dorées, et tant d'autres idées qui font que ce jeu était génial, beaucoup d'entre elles reprises de A Link to the Past, certaines plus originales ou modifiées pour être plus intéressantes dans un environnement 3D.

Depuis le jeu a connu une seconde vie sur 3DS, je n'ai pas eu l'occasion de l'essayer pour voir les modif, mais je vous mets quand même la bande-son tirée de cette version:

http://www.youtube.com/watch?v=Uud3iTfyzn4&list=PL5433EF53E064C1E8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Fatal Fury 2   Dim 19 Mai - 9:56

Un petit jeu de baston, ça faisait longtemps!

Et cette fois-ci, de SNK. Bien qu'un peu oublié de nos jours à part pour king of Fighters, SNK a longtemps été un concurrent de Capcom, mais recevant moins de reconnaissance. Et la série-phare de SNK a pendant quelques années été Fatal Fury, connue sous le nom de Garou au Japon.

L'histoire de Fatal Fury? Hein? Y'a une histoire? bon allez, y'a un embryon de scénar avec les frères Terry et Andy Bogard, aidés de leur copain Thaï Joe Higashi qui participent à une espèce de tournoi pour heu ... heu pour déterminer le plus fort je suppose? ...

de toute façon, le scénar d'un jeu de baston, c'est vraiment le dernier truc qu'on a envie de connaître, donc osef Razz

Tout comme pour Street Fighter, on retrouve donc plusieurs combattants venant de différents pays. Mais à tout prendre, les persos de Fatal Fury ont ce petit plus charisme qui manquent à Ryu et ses potes. Par exemple, Terry ne fera pas un simili-hadoken-kamehameha du pauvre, mais frappera le sol pour créer une vague de force, quand joe créera lui un petit tourbillon. Le résultat est quasiment le même en termes de mécanismes et de gameplay, mais visuellement, c'est autre chose! Et même chose niveau look, les persos de fatal fury ont toujours un petit truc sympa qui les rend plus intéressants. Bon, j'imagine que c'est une question de goût, mais j'ai toujours eu cette impression, les seuls persos réellement très charismatiques de Capcom se trouvant dans la série Vampire.

Un trait unique à la série Fatal Fury, c'est l'ajout d'un deuxième plan vers lequel on peut se déplacer afin d'éviter certaines attaques, là où un jeu de baston 2D classique se contentera d'un seul plan. Tactiquement, cette idée était intéressante pour l'époque, les jeux de baston 3D n'existaient pas encore, et il fallait bien trouver quelque chose pour simuler le fait qu'on puisse esquiver un coup simplement en faisant un pas de côté. Bon, le résultat était parfois un peu bordélique et compliquait pas mal le travail de pressing de l'adversaire dans le coin vu qu'on avait plus d'occasions de s'enfuir ainsi. Pour l'ultime volet de la série, ce deuxième plan disparaîtra d'ailleurs et ne sera jamais reprise dans aucun jeu de baston 2D à ma connaissance.

Quand j'y pense, ces jeux ont quand même pas mal vieilli visuellement, ou encore niveau gameplay ... et la musique aussi, mais il reste quelques thèmes intéressants:
https://www.youtube.com/watch?v=7SnJrnmRMTM&list=PL6389358AEEA7C905

Mes préférés:
https://www.youtube.com/watch?v=7SnJrnmRMTM&list=PL6389358AEEA7C905
https://www.youtube.com/watch?v=DbmrGc-oPvQ&list=PL6389358AEEA7C905
https://www.youtube.com/watch?v=Qv0dkEwKruo&list=PL6389358AEEA7C905
https://www.youtube.com/watch?v=DXqgLhqOGEI&list=PL6389358AEEA7C905
https://www.youtube.com/watch?v=DRkRC06OgOQ&list=PL6389358AEEA7C905
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Samuraï Showdown I & II   Dim 19 Mai - 18:18

Je "profite" de ce joyeux temps merdoyant pour poster une autre ost aujourd'hui.

Encore un grand jeu SNK de la grande époque de la baston 2D: Samuraï Shodown, connu sous le nom de samuraï Spirit au Japon.

Samuraï Showdown est le premier jeu de baston à ma connaissance à introduire les armes blanches pour tous les combattants. Le cadre général est le Japon médiéval, élargi plus ou moins à l'Asie du Sud-Est et quelques guest venant d'autres continents: Charlotte, une escrimeuse française inspirée de Lady Oscar, Tam-Tam (remplacé par sa petite sœur Cham cham dans le 2) un guerrier maya ou Inca (?), et Galford qu'on pourrait appeler American ninja. Tout le reste se décline en samourai ayant des styles plus ou moins variés: de dos avec la lame dans le fourreau, katana à deux mains, katana dans chaque main, etc. On trouve aussi bien sûr des ninjas, un combattant inspiré du théâtre Kabuki, une sorte de moine maniant des armes démesurées, un bandit gigantesque avec une espèce de crochet à boucher de 2 mètres de long, le "blanka" local qui rappelle plus un crapaud avec une main griffue, une jeune fille armée d'une dague et qui s'aide de son aigle pour certaines attaques, et j'en oublie. Bref là encore un casting assez varié et haut en couleurs.

Le jeu, outre qu'il était encore une fois magnifique (la marque de fabrique de chez SNK) introduisait aussi quelques concepts amusants: outre le fait que les combattants étaient armés, ils pouvaient aussi se retrouver désarmés: certains coups spéciaux détruisaient l'arme de l'adversaire, on pouvait se retrouver dans un duel à qui prendrait le dessus sur l'autre en cas de frappe simultanée. Le fait d'être désarmé avait certains inconvénients: les coups avaient moins de portée, et chaque coup encaissé en garde faisait perdre un peu de vie. Mais outre ces inconvénients, certains persos étaient presque plus forts sans arme qu'avec, ce qui était assez illogique quand on y pense mais bon.

Un autre ajout sympa, c'était la possibilité de reculer jusqu'à ce que le jeu dézoome (ça faisait un peu bouillie de pixels). Certains persos avaient aussi la possibilité d'utiliser des animaux pour certaines attaques spéciales. De plus, le jeu introduisait une barre de furie qui augmentait à chaque coup reçu, un fois dans le rouge complet, on gagnait un gros buff de puissance sur les dégâts, ainsi que la possibilité de faire certains coups particulièrement puissants (mais avec des manips vraiment tordues et non-documentées dans le jeu: old-school staïleuh). Il y avait aussi des pnjs qui passaient dans le fond du décor et lâchaient des bonus ou des bombes, et tu n'avais quasiment jamais le temps de voir ce que c'était avant d'être dessus. Ça entraînait une certaine tension et des situations de "quitte ou double" assez rigolotes. Détail macabre mais amusant: quand on perdait sur un coup de poing ou de pied, on voyait le vaincu reprendre son souffle sur l'écran de victoire, mais en cas de mort (fini par un coup de lame) on voyait juste une civière transportant une natte fermée et portée discrètement par des juges pour évacuer le corps.

Un truc qui faisait la force du titre, c'était l'arbitre: pendant tous les combats, il se tenait au fond, un drapeau dans chaque main et signalait les coups qui touchaient, comme à l'escrime! Là où ça devenait amusant, c'est qu'en cas de nombreuses victoires écrasantes, il pouvait défier le joueur ... et là, t'étais quasi assuré de perdre un crédit, à moins d'assurer comme un dieu, il était vraiment très fort.

Les combats ne reposaient pas tant sur des gros combos que sur des bonnes grosses patates, dans la tradition du duel au sabre: un coup pris dans la figure par un adversaire un mode furie pouvait te manger la moitié de la barre facile ... tu déconnes pas trop dans ces cas-là Very Happy

Tout ça pour dire que ce titre m'a coûté beaucoup de pièces à l'époque, mais que je ne le regrette pas, parce que c'était quand même bien fun. Maintenant, j'avoue que pour y avoir rejoué récemment, le gameplay a pas mal vieilli, et vraiment, y'avait des persos totalement craqués dans le lot.

Je vous laisse apprécier la bande-son qui embaume par moment le parfum des cerisiers en fleur, la méditation et à d'autres moments la fureurs d'affrontements sauvages et sanglmants à l'arme blanche:
https://www.youtube.com/watch?v=KQvkunGzoQs&list=PL328999CB48D73A79
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: X3 Terran Conflict   Dim 19 Mai - 21:57

Allez, une dernière avant dodo?

Et on va partir loin de la fureur des bourre-pif ou des coups de lame sanglants. Cette fois-ci, ça va être une ost un rien planante et apaisante, puisqu'il s'agit de X3, Terran Conflict.

X est une série dont j'ai entendu parler ici et là pendant quelques temps sans jamais trop m'y intéresser, jusqu'à ce que je tombe sur des critiques positives du jeu et une réduction importante sur Steam.

X3 est un bon représentant du genre 4X (pour eXploration, eXpansion, eXtermination, eXchange ... hum, je me demande pourquoi ils n'ont pas appelé ça 4E finalement?) un jeu beaucoup plus connu dans le genre serait Civilization, sauf que X se déroule en temps réel dans un espace à 3 dimensions. Le principe est assez simple: on démarre avec un vaisseau dans l'espace, avec le choix de faire un peu ce qui nous plaît, selon les opportunités qui sont offertes: aller chasser des primes, faire le taxi d'une station à une autre, retrouver des épaves de vaisseau perdu, faire du commerce, faire du trafic avec des contrebandiers, acheter, vendre jusqu'à temps d'avoir amassé assez de crédits pour commencer à construire ses propres usines, fabriquer et armer sa propre flotte, voire ... suivre les missions de la quête principale Razz

En fait, je n'ai pas été loin dans le jeu, les débuts sont assez ardus et longs, on tire le diable par la queue pour récolter assez de crédits rien que pour développer et changer les vaisseaux de base (conseil ceci dit: suivez les missions principales de la campagne terrienne, elles donnent pas mal de vaisseaux différents), certaines quêtes timées sont vraiment balèzes, comme celles qui demandent de récupérer une épave qui se traîne comme une limace une fois trouvée. Bref, je me suis contenté des missions facilement faisables avec un seul vaisseau sans m'intéresser au côté développement d'un réseau commercial, effrayé par l'aspect hyper-chronophage du jeu dès qu'on passe au pallier supérieur.

Mais ceci dit, vu comme ça, le jeu est plutôt sympa, les graphismes sont chouettes bien qu'un peu froids pour le design des vaisseaux, et l'ambiance sonore est vraiment réussie, avec de bonnes musiques d'ambiance. Bref, le genre de jeu qui peut faire passer (beaucoup) de temps pour peu qu'on en ait à tuer.

Je vous ai mis le départ sur les musiques de Terran Conflict, je n'ai pas autant accroché à celles de Reunion:
https://www.youtube.com/watch?v=_70w7fdU5Tw&list=PL2DE76FAF3D895DD0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Garou Mark of the Wolf   Lun 20 Mai - 12:50

Allez, de retour au jeu de baston, et toujours avec du SNK.

Je vous avais déjà parlé un peu de la saga fatal fury/Garou, donc voici le dernier épisode sorti à ce jour: Garou, Mark of th Wolf.

Et je n'ai pas énormément de choses à dire dessus, étant donné qu'il est sorti en plein pendant la période où je ne m'intéressais plus aux jeux de baston, je n'y ai pas joué au moment de sa sortie et ne l'ai découvert qu'assez récemment.

Le truc qui change, comme je l'ai dit avant, c'est qu'il s'agit du seul épisode de la saga Garou qui ne dispose pas de deuxième plan, tout se déroule désormais sur un seul plan comme 99% des jeux de fight 2D. Niveau gameplay, on peut noter quelque chose d'assez original: le just guard, qui permet de reprendre un peu de vie et un avantage de frames en cas de réussite. Le système est tout simple: il suffit de mettre la garde exactement au même moment que le coup adverse porte. Ce système a été mis en place pour contrer le système de parade risquée de street fighter 3.3 (qui consiste à appuyer sur avant au moment où le coup touche), là où en cas de loupé dans 3.3, on se retrouve complètement en garde ouverte, Garou est légèrement plus permissif, en cas de loupé, on peut quand même bénéficier d'une garde simple dans la plupart des cas.

Mis à part ça, le jeu est toujours magnifique (sérieusement, ils pourraient le ressortir avec meilleure définition sans toucher au reste, il serait toujours une tuerie), à part Terry qui gagne encore en badassitude, tout le cast a été complètement renouvelé, le truc amusant étant qu'on retrouve plein de persos liés aux anciens combattants, comme élèves ou enfants la plupart du temps.

Allez, je vous passe les musiques, notez que la première de Rock Howard est en partie reprise de "Children" de Robert Miles. Eh ouais, les japonais ne s'embêtent pas trop avec les histoires de copyrights (ça a d'ailleurs donné un beau bazar pour les noms des boss de Street Fighter). Mais on va dire que c'est un "hommage" rien d'autre Wink

https://www.youtube.com/watch?v=GWj8Cb7yieY&list=PL7FB676AD375AEF3D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: The King of Fighters XIII   Lun 20 Mai - 16:15

Allez, le dernier jeu de baston SNK en date: The King of Fighters XIII

Hum, en fait, techniquement, il ne s'agit pas de SNK mais de SNK playmore. J'avoue ne pas vraiment savoir ce qu'il s'est passé dans leur boîte, juste que ça n'est pas tous les jours facile d'être une boîte de jeux vidéo, encore plus de jeux de baston. Au point même qu'ils avaient l'intention d'arrêter le développement de jeux de baston pendant un temps pour se concentrer sur le marché mobile. Mais le marché mobile arrivant lui aussi peu à peu à saturation, ils semblent vouloir revenir à la baston ... bref, dur à suivre.

Mais très de digression, revenons à King of Fighters, ou KOF pour faire plus court.

Cette série est venue assez tardivement, le premier épisode est sorti en 1994 et s'appelait fort originalement, KOF 94. Oui, contrairement à Capcom qui aimait bien sortir eux aussi le même jeu tous les ans avec des titres à rallonge, SNK a sobrement utilisé les années de sortie. La base de King of Fighters est un cross-over entre deux séries importantes, Fatal Fury dont j'ai déjà parlé, et Art of Fighting, une autre série qui voulait avoir un feeling plus "réaliste" dans les combats (je mets réaliste entre guillemets, vu que presque tous les persos pouvaient faire des boules de feu ^^) Art of fighting a été important pour SNK et pour développer certaines idées de gameplay reprises dans kof, mais fortement boudée par les joueurs car réellement très dure à maîtriser.

En fait, c'est un peu le drame des jeux de baston: l'équilibre quasi-impossible entre jeux "ouverts" à un public large qui seront souvent décriés par les joueurs aguerris comme étant trop simples, trop bourrins (par exemple, Dead or Alive dont j'ai déjà parlé a longtemps eu cette image et a encore du mal à s'en défaire) et d'autre part, le jeu hyper-technique, avec des combos à 70%+ de barres très dur à maîtriser (les exemples ne manquent pas: darkstalkers, blazblue, guilty gear n'en sont que quelques exemples) qui satisfera les joueurs très aguerris à l'exécution parfaite mais laissera confus le joueur un peu plus casual. C'est cette tendance à faire des jeux de plus en plus fermés qui a conduit les joueurs à bouder le genre à la fin des années 90, alors même que de bons jeux sortaient encore (ça, et la profusion de titres qui ne se justifiaient pas tout le temps au niveau du manque d'originalité de gameplay).

KOF rentre de plein pied dans la catégorie des jeux fermés niveau gameplay. Pour vous donner un ordre d'idée, là où un jeu comme Street Fighter se contente d'un saut simple, KOF en propose 4! Le saut simple, qui permet de sauter assez haut, mais pas très loin, l'hyper-jump qui permet de sauter haut et loin, le short hop qui permet de sauter pas très haut, pas très loin mais vite, et l'hyper hop qui permet de sauter pas très haut mais loin et rapidement. Voilà, je ne prends que l'exemple des sauts pour montrer que oui, on peut jouer en noob si on veut à un kof, mais qu'on ne comprendra pas sa douleur face à un joueur qui connaît tous les trucs de la série.

Bien, maintenant que je vous ai probablement dégoûté de jamais essayer de toucher à un kof de votre vie, laissez-moi vous convaincre de tenter l'affaire malgré tout.
D'abord, kof XIII est un jeu qui se joue avec des équipes de 3 contre 3 persos. Chaque joueur choisit librement ses trois persos (on ne peut pas prendre le même plusieurs fois dans son équipe). Et les combats se déroulent ainsi: les deux premiers persos de la liste s'affrontent normalement, à la fin du round, le survivant regagne un peu de vie et affronte le deuxième perso de la liste de l'adversaire, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'un joueur n'ait plus aucun perso utilisable.

Vous allez me dire que devoir maîtriser plusieurs persos rend les choses encore plus compliquées. Et je dirai que oui et non, oui, dans la mesure où chaque persos a sa propre palette de coups spéciaux à connaître, mais non dans la mesure où beaucoup de mécanismes de base sont partagés entre les persos, ce qui rend l'apprentissage d'un nouveau perso facilité. Je ne vais pas mentir, le jeu reste dur, mais voilà, une fois certaines bases maîtrisées, c'est vraiment agréable, surtout que contrairement à un jeu comme Street Fighter qui forcera la campe, il est plus simple de s'échapper du coin où l'adversaire voudrait vous enfermer, assurant un minimum de dynamisme.

Ensuite, et c'est vraiment une tradition SNK/SNK playmore, le jeu est vraiment, divinement beau, à part quelques stages à thèmes répétitifs et certains relooking de persos un peu ratés (Ralph, Clark,Terry qui perd en badasserie Crying or Very sad ) tout est parfait, les décors fourmillent de détails rigolos, on peut personnaliser ses persos de façon vraiment très fine pour un jeu 2D (chaque perso est constitué de plus d'une dizaine de zones à colorier avec des dizaines de couleurs au choix). Et les musiques ne sont pas en reste. D'ailleurs, les organisateurs qui ont fait la World Game Cup à Cannes ont été surpris de voir le nombre de personnes qui ne connaissaient rien aux jeux de baston mais qui s'arrêtaient pour admirer les matchs de kof. Bref, c'est vraiment le jeu du charisme et du spectacle, même avec de la 2D old school.

Le seul truc vraiment dommage au final, c'est l'absence d'un bon netcode qui rend le jeu quasi injouable en mode online, très lourd quand on ne dispose pas de sparring partner en local.

Allez, je vous balance l'ost, qui comprend tous les morceaux du XIII, ainsi que quelques thèmes classiques de la série:
https://www.youtube.com/watch?v=VsaKw1WgXNw&list=PL9969AC26B00E0AB5

mes préférées:
https://www.youtube.com/watch?v=0ECFFKDzgp8&list=PL9969AC26B00E0AB5 (vive la team Lady)
https://www.youtube.com/watch?v=eCwzdl2q6Ho&list=PL9969AC26B00E0AB5 (Fatal Fury forever ^^)
https://www.youtube.com/watch?v=8Jsdn0wHgQM&list=PL9969AC26B00E0AB5

je rajoute celle-là qui vient de la version 2002 UM et qui m'a bien fait triper aussi (malheureusement aps reprise dans le XIII)
https://www.youtube.com/watch?v=fBqv2liDglw&list=PLE2E672FF4BED2CFA

P.S: et si ça vous intéresse de tenter le jeu (owi!), regardez ces vidéos qui expliquent les bases de la série kof:
https://www.youtube.com/watch?v=-ET5xqUNuOg
https://www.youtube.com/watch?v=jF5yg2QH_Lw

Ouais, ça en fait des vidéos à voir et écouter ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Deus Ex   Mar 21 Mai - 7:57

Si vous êtes parano, conspirationniste, que pour vous, le 11 Septembre est une machination des USA, que Neil Armstrong n'a jamais mis le pied sur la Lune, que vous croyez que les Illuminatis veulent diriger le monde avec l'aide d'extra-terrestres et des chinois du FBI, bienvenue! Car aujourd'hui je vais vous parler de Deus Ex, le jeu qui aurait pu avoir comme sous-titre: La Vérité est Ailleurs ^^

Donc, Deus Ex est un FPS pas tout à fait comme les autres, particulièrement au moment de sa sortie. Pour moi, je dirai qu'il est "bigger than (Half-)Life". Là où Half-Life introduisait une nouvelle façon de voir le FPS, avec un scénario travaillé et des ennemis intelligents (méchants marines, méchants!), Deus Ex a porté le genre un peu plus loin en introduisant des éléments de jeux d'infiltration comme de la série Metal Gear ou thief, et surtout, en proposant une liberté de choix proprement hallucinante ... bon en fait, je mens, il s'est surtout beaucoup inspiré de System Shock (oui, l'ancêtre des Bioshock), mais avec tout ce temps passé, tosu ces jeux finissent par se ressembler et comme disait Desproges "on en arrive à se demander lequel est le grand-père de l'autre".

Enfin, bref, Deus Ex a quand même bien marqué son époque par plusieurs éléments, d'abord, la sensation de liberté incroyable qu'offrait le titre, son ambiance cyber-punk désespérée, ses graphismes très réussis à l'époque (forcément beaucoup moins spectaculaires aujourd'hui), son intégration d'éléments de RPG dans un FPS (oui, si aujourd'hui, la majeure partie des productions FPS et TPS intègrent un système d'xp, c'est en grande partie dû à Deus Ex). Enfin, par son scénario qui paraissait génial à l'époque au jeune homme nourri de X-Files que j'étais et qui est un peu confus et incohérent aux yeux du (moins jeune) homme que je suis aujourd'hui. Au moins les twists n'étaient pas trop prévisibles, contrairement aux jeux actuels qui gâchent trop souvent bêtement de bonnes intrigues en s'auto-spoilant à mort.

Pour résumer l'action: on incarne JC Denton, un agent augmenté grâce aux nano-technologies. Il travaille à l'UNATCO, une branche armée de l'ONU. Dans la place on trouve le frère du héros, agent augmenté aux nanos également, des scientifiques, une hiérarchie obtuse (comme dans toute production Hollywoodienne qui se respecte), et quelques collègues augmentés mais plutôt façon "mécanique", bref, ceux de l'ancienne génération, résistants, costauds, mais pas très subtils et surtout assez agressifs et jaloux de notre héros. Je dis ça, parce que, mine de rien, toutes ces personnes ont une importance capitale dans la suite des aventures de JC. On découvre aussi que le monde fait face à une épidémie de peste grise, une maladie totalement mystérieuse, mortelle et qui se répand à vitesse grand V, dont seule une grande compagnie connaît le remède. Le rôle de l'UNATCO étant de lutter contre la propagation de l'épidémie en veillant aux stocks de remèdes et à alimenter les cliniques qui croulent sous les demandes. Bref, un climat plutôt tendu politiquement et socialement, et d'ailleurs la première mission consiste à nettoyer l'île de la Statue de la Liberté (et qui abrite le QG de l'UNATCO) d'une bande de terroristes qui ont volé une cargaison de remède. Et c'est une fois cette mission bouclée qu'on est amené à se poser des questions, on découvre des liens bizarres entre l'UNATCO et certaines sociétés et organismes importants des USA, les "terroristes" en question ont des choses à dire ... et je n'en dis pas plus, parce que sinon, je vais me faire buter par un agent modifié au service de la CIA pour cause de spoil.

Tout ce que je peux dire, c'est que ce jeu était réellement génial, qu'il a longtemps fait partie de mon top 3 des meilleurs jeux jamais sortis et qu'il a marqué durablement ceux qui y ont joué.

En plus, la bande-son était vraiment en parfait accord avec l'ambiance du jeu:
https://www.youtube.com/watch?v=t1oxIrAX39M&list=PL1C572B526934FD97

mes morceaux préférés:
https://www.youtube.com/watch?v=jWRTXVyGVBM&list=PL1C572B526934FD97
https://www.youtube.com/watch?v=VPx3-Nyvgqc&list=PL1C572B526934FD97
https://www.youtube.com/watch?v=2i61z1Wlj6s&list=PL1C572B526934FD97
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Blazblue   Mar 21 Mai - 22:26

Celui-là, j'ai pas mal hésité avant de le mettre dans la liste.

Je m'explique: Blazblue est un jeu de baston tout à fait honnête de Arcsystem works, des développeurs qui ont su maintenir la tradition du jeu de baston 2D pendant la traversée du désert du genre (entre les street fighter alpha et le revival street fighter IV en gros). Ils l'ont fait pendant longtemps grâce à la série guilty Gear (que j'ai complètement loupée du coup) et plus récemment sur les consoles PS360 grâce à Blazblue.

C'est un jeu dans la veine de darkstalkers 3: complètement allumé avec des combos qui frisent parfois les 100% de barre, pour peu qu'on soit un fondu du genre, des double-sauts, des dash et même double-dash aériens, la possibilité de garder pendant un saut, des tonnes de jauges différentes, pour la santé, la barre de garde, la réserve de guard burst, la jauge de meter pour les coups spéciaux/ex (si vous n'avez rien compris à ce jargon, ne vous inquiétez pas, c'est normal ^^), ainsi que des jauges spéciales à certains persos (la jauge d'énergie de la poupée de Carl, la réserve de clous de Bang, etc).

Cette profusion se reflète dans les graphismes, avec des décors souvent un peu trop chargés voire manquant de goût, premier truc qui choque un peu quand on veut juste un jeu de baston à l'action claire et limpide. De même, les persos pourraient être pas mal mais ... il leur manque à tous un truc pour les rendre vraiment charismatiques. Sans compter que la moitié sont obsédés par les seins des héroïnes où alors tombent dans la catégorie lolicon (et non, je n'exagère pas). Le pire étant quand on s'intéresse au mode histoire, qui est assez riche, mais malheureusement avec une histoire sans queue ni tête, qui en plus n'arrête pas de changer selon le perso joué, selon les choix faits, jusqu'à être totalement incompréhensible, même après avoir vu la "vraie fin", un mot vient à l'esprit: indigeste.

Donc voilà, je mets quand même la bande-son des épisodes sortis jusqu'à présent, je ne dirais pas que c'est la meilleure que j'aie postée, mais peut-être pourra-t'elle plaire. Certains morceaux restent assez sympas.
https://www.youtube.com/watch?v=vcflGXfuPeU&list=PLEBC24F13D075E81F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Baldur's Gate   Mer 22 Mai - 7:43

Je crois que c'est le classique des classiques en matière de RPG occidental. Utilisant les règles de AD&D, lui aussi classique des classiques du jdr papier, on peut difficilement faire plus téléphoné dans le genre.

Et pourtant, pourtant, il aura su absorber des centaines d'heures de la vie des joueurs, grâce à son univers fouillé, ses quêtes épiques, ses compagnons iconiques aux répliques cultes, le "vise les yeux, BOUH!" de Minsc, la voix irritante de notre sœur Imoën "hé, c'est moi, Imoën, c'est bon de vous revoir!" (presque plus agaçante que les "hey, listen!" de Navis dans Ocarina of Time).

J'ai coutume de dire que les deux premiers Fallout et Planescape Torment m'ont encore plus marqués que Baldur's Gate, et pourtant, ce dernier totalise plus d'heures à mon compteur que les autres réunis, preuve de la solidité de la formule classique du RPG.

Et puis, avec certains mods qui permettent de jouer en HD, il reste encore très beau.

La bande-son est dans la même veine, typique des univers HF, mais solide:
https://www.youtube.com/watch?v=jW_2aYUH1yg&list=PL945B1759FCAC5517
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Final Fantasy VI   Mer 22 Mai - 9:54

J'allais quand même pas parler d'ost sans parler de Final Fantasy non?

Faut dire que l'oubli aurait été excusable dans mon cas, étant passé de la snes sans jeu importé (et donc, sans 95% des rpg de cette console) directement à la N64 et le froid en affaires entre Nintendo et Squaresoft (froid qui causera l'abandon de l'adaptation de final Fantasy 7 sur cette console au profit de la playstation), tout aura été fait pour m'empêcher de m'intéresser vraiment à la série. Au point que je refuse même d'acheter un FF7 d'occasion après l'achat de ma playstation: l'envie m'en était passée, j'avais goûté au RPG occidental sur pc, "trop tard" me disais-je à l'époque.

Bon, j'ai quand même fini par me re-pencher sur la question quelques temps plus tard grâce aux émulateurs. Et c'est là que j'ai découvert FF4, dans lequel je me suis un peu emmêlé les pinceaux tellement le système de classes était riche, brouillon et introduit de manière plutôt abrupte. Ça ne m'a pas empêché de tester aussi Final Fantasy VI, dont j'avais entendu beaucoup de bien. Et effectivement, bien que n'ayant pas fini le jeu, il est bien, avec des moments forts (le passage de l'opéra est juste génial) des graphismes très corrects pour l'époque et surtout, une bande-son avec des morceaux excellents:

https://www.youtube.com/watch?v=3y6R4Luysnk&list=PL866653D8AD00A745

Surtout, ne ratez pas le thème de Terra, c'est sans doute un des plus beaux morceaux parmi le vaste répertoire des musiques de RPG jamais faites, on y trouve tout: de la grandeur, de la nostalgie, l'appel de l'aventure. J'ai toujours des petits frissons le long de l'échine quand je l'écoute.

https://www.youtube.com/watch?v=VqhZfNZ8y94&list=PL866653D8AD00A745
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Emperor, Rise of The Middle Kingdom   Mer 22 Mai - 12:22

J'ai failli l'oublier, et pourtant, il m'arrive parfois de le relancer.

Emperor est un City Builder créé par Sierra, c'est le dernier de la série des "caesar". Je me souviens avoir commencé à jouer à cette série sur Caesar 3, qui avait pour cadre l'ère de la Rome Antique. Par la suite, ils ont adapté le concept à l'Egypte antique, à la Grèce antique, avant de faire cet ultime volet qui prend place en Chine.

Le jeu comportait pour chaque volet deux modes: un mode libre sans objectif précis, un peu à la manière de Sim City, et un mode campagne qui proposait de se mettre aux commandes d'une ville à développer, parfois, il fallait revenir dans une ville développée auparavant pour l'adapter aux découvertes récentes. Il fallait également veiller à la défendre dans certains cas en construisant et entretenant des forts avec garnisons, des remparts.

Sans atteindre le gigantisme des villes d'un Sim City, c'était une très bonne série de city-builders. Le concept qui permettait de différencier les deux était celui de piétons dans les "caesar": certains bâtiments produisaient des piétons qui apportaient un service aux maisons et autres bâtiments devant lesquels ils passaient. La difficulté dès lors était de veiller à faire passer les bons piétons, devant les bons bâtiments, par exemple, tous les bâtiments devaient être régulièrement visités par des pompiers/inspecteurs pour éviter qu'ils ne s'effondrent ou s'enflamment, et donc, on devait veiller à construire des routes qui relient les casernes/tours d'inspecteurs aux autres bâtiments. De même, les maisons devaient bénéficier de nourriture, de divertissements, de poteries et autres produits de luxes, il fallait donc organiser des quartiers résidentiels bien ordonnés pour que les piétons n'aillent pas se perdre au diable. Emperor introduisait d'ailleurs le concept de porte, des sortes de barrage qui filtraient quels types de piétons pouvaient passer, ce qui facilitait grandement la vie comparé aux épisodes précédents.

Depuis, Sim City a assis sa domination aux côtés de quelques autres city-builders (tropico et Anno), mais pour moi, je garde de très bons souvenirs de cet Emperor.
https://www.youtube.com/watch?v=bwSw1zzMTlc&list=PL23CA2FCB1E187DBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Deus Ex: Human Revolution   Mer 22 Mai - 12:51

La difficulté des jeux vidéos, c'est parfois de dépasser le maître.

Et plus particulièrement quand on se frotte à une série comme Deus Ex qui a ses partisans limite nazi fanatiques.

Bon, il faut dire que ce Deus Ex Human Revolution partait avec des handicaps: d'abord la vue TPS (hérésie!) et son système d'aides visuelles (brûlez-le!) heureusement désactivables sur PC (*gros soupir de soulagement*) en plus, il s'agit d'un prequel (mais pourquoi tant de haine?) Mais il avait aussi un avantage de taille: le second volet, sorti peu de temps après le premier épisode avait été conchié par la communauté (au point qu'après m'être flingué le plaisir sur Thief 3, j'ai préféré même pas risquer la même chose sur DX), donc c'était dur de faire pire.

Au final, ça donne quoi? He bien, sans parvenir à être aussi marquant que son illustre ancêtre, ce HR s'en tire quand même avec les honneurs. D'abord, la vue TPS est surtout là pour les couvertures, le reste du temps, elle n'est pas indispensable, et le passage d'un point de vue à l'autre se fait très naturellement. Ensuite, l'ambiance est bien là, malgré l'invasion de flitres orange qui changent radicalement de l'ambiance froide en gris et bleu du premier volet. Et puis, l'histoire est un brin plus cohérente que dans le premier.

Et pourtant, il ne m'aura pas autant marqué. D'abord, le coup des boss inévitables dans un jeu typé infiltration et libre choix, c'est plutôt bof. Certes, le premier DX en comportait quelques-uns aussi, mais on avait moyen de les aborder de la manière que l'on voulait, ici, non, c'est en mode gros bourrin, point barre. Chaud quand tu n'as développé que des skills pour fufu et hacker les portes au mépris de l'armure et des capacités de tir ... sans doute le plus gros défaut du jeu. Ensuite, il y a le fait que le jeu offre nettement moins de rejouabilité que le 1. Et ça, c'est quelque chose que je n'arrive pas à m'expliquer complètement. Quand j'avais fini le premier, un de mes plus grands plaisirs a été de refaire une partie pour voir ce qui se passerait si je disais à ce docteur de rester jouer les taupes plutôt que de risquer de sauver sa peau, avec des conséquences pas immédiatement visibles mais bien présentes plus loin dans le jeu, et d'autres choix de ce genre. Et ça, c'est un truc qu'on peut complètement oublier dans HR, certes, il y a des choix à faire, mais les conséquences sont presque toujours visibles à court terme, le jeu surprend rarement, et ça, c'est vraiment bête, parce qu'ils auraient pu faire quelque chose d'énorme sur ce coup, dommage.

Bon, il n'en reste pas moins que le jeu est très bon, que le gameplay est beaucoup plus souple tout en étant fidèle à l'esprit de la série, et qu'on prend toujours autant de plaisir à assommer les gardes pour les planquer dans un coin obscur. Mais voilà, on a l'impression rageante d'être passé à un poil de cul du "game of the deceny" pour des raisons idiotes de game design.

Ceci dit, la bande-son reste bonne, et dans le jeu, on trouve quelques clins d'oeil à celle du premier jeu:
https://www.youtube.com/watch?v=402asYLG_b0&list=RD02P3iDv0D9T8o
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Age of Empires II & Age of mythology   Mer 22 Mai - 16:41

Je crois l'avoir déjà dit, je suis assez kiche aux STR, et pourtant, j'aime bien ça.

J'ai connu Warcraft 2, Warcraft 3, je me suis frotté quelques temps à C&C: Red Alert, mais la série de RTS à laquelle j'ai sans doute le plus joué reste les "Age of" de Ensemble Studios.

Fondamentalement, chacun le sait, il n'y a pas énormément de différences entre tous ces jeux: on construit sa base, on produit des unités, et quand on en pense en avoir assez, on les envoie massacrer le camp d'en face. Simple et efficace. Et Age of Empire ne déroge pas à la règle, pas plus que sa suite spirituelle Age of Mythology.

En fait, la plus grosse différence de Age of Empire par-rapport à warcraft, c'est qu'il y a plus de camps différents à choisir, mais qu'en contre-partie, ces derniers se ressemblent énormément, alors que les races de Warcraft ont des différences de Gameplay profondes (et encore davantage accentuées dans war3).

Ah, et les age of empire ont comme contexte des peuples inspirées de notre monde. Pour la petite histoire, warcraft était à l'origine prévu pour fonctionner également sur des périodes inspirées de notre monde, avant que cette idée ne soit définitivement abandonnée, ce qui n'est pas un mal quand on y pense ^^

Age of mythology aura introduit plus de diversité de gameplay entre les différents peuples, la façon dont sont invoqués les monstres, les héros, la façon de construire les bâtiments, les matériaux utilisés diffèrent selon que l'on soit nordique, grec ou égyptien.

Sinon, tous ces jeux restaient excellents dans leur genre, et je n'ai jamais pu déterminer s'il y'en avait de meilleur.

De toute façon de nos jours, tout le monde semble être d'accord pour dire que c'est Starcraft II le roi, donc ça n'a plus grand sens de se poser cette question ^^

allez, je vous laisse plutôt apprécier les musiques:

Age of Empires II

Age of Mythology

PS: mince, je viens juste de réaliser que je peux éditer la gueule des liens, j'ai l'air fin ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Ground Control   Mer 22 Mai - 18:21

Petite devinette: un STR, qui se déroule sur une planète perdue aux fins fonds de la galaxie, avec une héroïne qui s'appelle Sarah. Vous pensez à ? Starcraft?

Perdu!

Allez, il est temps pour moi d'aborder un STR aussi réussi et innovateur qu'oublié: Ground Control.

Donc comme je le disais, Ground Control se déroule sur une planète désertique perdue dans un recoin de la galaxie. On incarne Sarah, une officier au service d'une méga-corporation qui recherche des artefacts extra-terrestres. Notre chère Sarah se voit vite confrontée à la faction adverse, un groupuscule de fanatiques religieux qui considère cette planète comme sa Jérusalem et prête à tous pour empêcher quiconque d'y poser pied. Evidemment les choses deviennent vite un peu plus compliquées: hiérarchie corrompue, salauds ordinaires, secrets que contiennent les artefacts, trahisons, le scénario de Ground Control est un mélange assez savoureux de Soap opéra et de théorie du complot dont je n'ai jamais découvert le fin mot (non, je n'ai jamais fini le jeu, un petit regret à ce niveau).

La caractéristique principale de Ground Control par-rapport aux autres STR sortis à l'époque, c'est l'abandon total de la gestion de base. Ici point de production d'unités, ni d'ouvriers qui ramassent du bois, de l'or ou du gaz, rien de tout ça. Avant de commencer la mission, on sélectionne quels types d'unités on enverra au front (les places sont limitées), on fait un peu de tunning pour les doter soit d'une bonne vitesse, soit d'une bonne résistance, soit d'une grosse puissance de feu ou encore d'un mélange équilibré de stat, on sélectionne éventuellement un pouvoir spécial. Une fois qu'on est prêt, on lance la mission et on veille à mener toutes ses unités intactes jusqu'au bout de la mission. Histoire qu'elles gardent l'expérience acquise et ne se fassent pas remplacer par des bleus lors de la prochaine mission. A mesure qu'on avance dans la campagne, on débloque d'avantage de types d'unités, d'avantage de pouvoirs, d'options. Je pense que c'est cette innovation qui a refroidit les joueurs, malgré tous les avantages que cela présentait, on aime bien fabriquer ses petits bonshommes, les accumuler et les envoyer au casse-pipe, c'est un plaisir simple.

Au niveau du gameplay, les idées intéressantes ne manquaient pas pour l'époque. D'abord, les unités étaient groupées en escouade (l'idée venait de Homeworld), par exemple, les blindés étaient en groupe de 4, sur ces 4, on pouvait perdre 3 unités au cours de la mission et conserver l'escouade et son expérience pour la suite, mais dès que la dernière unité était morte, l'escouade était remplacée au briefing suivant, ça obligeait à protéger les escouades sévèrement touchées en fin de mission. Ensuite, c'est un des tous premiers STR à prendre en compte l'avantage de dégâts dû à la hauteur: une unité placée en hauteur faisait plus mal que l'unité placée en contre-bas. Il y avait aussi le fait que les unités étaient davantage protégées sur l'avant, et davantage vulnérables sur les côtés ou l'arrière. Autre chose intéressante: les fantassins pouvaient s'approcher plus près de l'ennemi avant d'être repérés que les véhicules, ce qui pouvait donner lieu à des escarmouches intéressantes. Et on pouvait choisir de jouer avec ou sans Friendly Fire, avec, il fallait faire encore plus attention de ne pas entasser les unités dans le même coin, au risque de les voir se massacrer entre elles. Enfin, les unités étaient dosées en puissance selon le principe du pierre-feuille-ciseaux, aucune n'était foncièrement plus puissante que les autres, mais chacune avait ses faiblesses contre certaines unités et ses forces contre d'autres. Par exemple, les bombardiers étaient utiles contres les blindés, mais se faisaient déboulonner contre les chasseurs, ces derniers étant inutiles pour affronter les unités à terre. C'est pourquoi il fallait bien veiller à l'équilibre des troupes choisies avant de commencer une mission.

Niveau réalisation, le jeu était très réussi, les unités étaient bien modélisées avec un bon niveau de détails pour l'époque, les paysages consistaient surtout en déserts avec des accidents de terrain, la caméra était libre comme c'était la mode dans les STR 3D avant que Warcraft 3 ne fixe la mode d'une caméra fixe plongeante. La musique collait plutôt bien à l'action, pas d'orgasme auditif, mais quelque chose d'efficace:

Ground Control

A noter un truc curieux que j'ai constaté en réécoutant la bande-son, la ressemblance entre ça: thème principal de Ground Control et ceci: Lament for Oakenshield Pas du tout le même univers, pas le même compositeur, et pourtant, un petit air de famille ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Fallout 1 & 2   Mer 22 Mai - 19:42

Allez, je pense que ça va être le dernier avant un moment, mais sûrement pas le moins important dans mon cœur de gamer: Fallout!

Je ne parle pas du fps-rpg sorti par Bethesda qu'est FAllout 3, non, je vous parle des anciens, ceux qui sont sortis avec leur bonnes vieille 3D iso, leurs gros pixels qui tachent, ceux qui paraissaient moches comparés à Baldur'Gate pourtant sorti dans les mêmes eaux.

Et immédiatement, une question vient à l'esprit: qu'est-ce qui fait que Fallout soit autant adulé par les vieux jeunes cons nostalgiques comme moi? J'ai déjà évoqué les graphismes assez miteux, alors autant évoquer le reste.

Tout d'abord, on commence par la création de son perso, création héritée du jeu de rôle papier, plus exactement une variante des règles de GURPS. Ne me demandez pas comment fonctionnait GURPS, j'en sais fichtre rien ^^ Tout ce que je peux dire, c'est que la création du perso pouvait occuper pendant quelques heures si on le voulait, toutes les stats, tous les attributs, toutes les compétences étaient paramétrables, et avant d'arriver à un perso viable. C'était chaud, fallait faire quelques essai-erreurs. Une fois cette étape passée, on était confronté à un vieux type en blouse bleue, qui nous apprenait que l'abri nucléaire dans lequel ma famille avait trouvé abris quelques décennies plus tôt n'avait plus de puce de filtre à eaux. Sans puce, plus d'eau potable, plus d'abri. Et on apprend aussi qu'il reste 140 jours de réserve et qu'on est le dernier espoir de l'abri. Et à partir de là, on assiste à al sortie de l'abri, qui se trouve dans une grotte infestée de rats. Pour la petite histoire, ce début, cette grotte pleine de rats a été le premier écueil à comprendre ce que Fallout avait de si génial. A tel point que sur le coup, j'ai coupé court à l'expérience, trouvant le jeu laid, mal fichu et pas du tout engageant.

Il m'aura fallu 6 mois et une disette de bons jeux pour retenter l'aventure. re-belotte, création de perso, re passage dans la grotte, que je prends soin de nettoyer. Je comprend cette fois comment marche l'inventaire, l'équipement, le système de combat tour par tour, les points d'Actions (je n'avais aucune notice, j'ai dû tâtonner pas mal quand même). Et je sors de la grotte, pour me retrouver sur une carte complètement noire avec juste l'objectif suivant: l'abri 15 dans lequel je devrais avoir une chance de trouver une puce de remplacement, indiqué par un gros rond vert. Je me dirige vers cet abri, et en cours de route, je croise un autre gros rond vert: Shaddy Sands, un petit village, je m'arrête, discute avec quelques pnjs, ils ont un problème de radscorpions, et de brigands, je fais la connaissance de mon premier compagnon de route qui me demande des thunes pour l'accompagner. Je trouve le deal sympa, on est clairement pas dans un monde de bisounours, et tout ou presque se monnaye. Un peu plus loin, je parle à une autre pnj et surprise, au lieu d'avoir un cadre vide au-dessus du dialogue, je vois apparaître une tête, le personnage parle, change d'expression au fur à mesure de la discussion, fronçant les sourcils de façon exagérée quand elle est énervée, souriant quand elle est contente, et m'envoyant même balader quand j'essaye des options de flirt. Et là, déjà mon opinion sur le jeu a considérablement changé. Je crois qu'un des secrets du charme des Fallout old school tient à ses dialogues avec des pnj animés, bien plus vivants que n'importe quel pnj rencontré dans un Fallout New Vegas. Plus tard, je serais amené à délivrer cette fille d'un camp de bandit, et truc amusant, les options pour le faire sont nombreuses: l'approche bourrine où tu massacres tout le camp, la négociation pour convaincre le chef des bandits qu'il risque d'avoir de sérieux problèmes s'il ne la relâche pas grâce à un bon score de discours, ou encore, faire un troc avec un bon score de marchandage, je suis déjà épaté par tous ces choix. Et au fur à mesure que progresse l'aventure, cette sensation de liberté ne fait que s'accentuer, jusqu'au combat final qui peut se gagner rien qu'en parlant.

De plus, l'univers post-apocalyptique dans lequel se déroule l'aventure est admirablement retranscrit: on rencontre les quelques survivants restés à la surface qui se sont organisés en communautés sévèrement gardées, une secte adorant des super-mutants monstrueux, un ancien abri anti-atomique dirigé par les restes de l'armée américaine renommée la Confrérie de l'acier aux rites d'acceptations particulièrement sévères et hyper-protectionnistes de leur technologie, ou encore cette ville irradiée peuplée de survivants aux gueules de mort-vivants. C'est un monde vivant, ravagé mais libre, souvent horrible (la visite du Rayon est un des moments les plus angoissants du jeu) mais définitivement fascinant qui s'ouvre devant nous.

La tonalité du tout premier épisode est particulièrement sombre, hyper-pessimiste jusqu'au final que je ne spoilerais pas, tellement il est génial. Le deuxième épisode est lui un peu plus léger et optimiste, parcouru de moments de franche rigolade (parlez à Myron ou au type dépressif de l'Abri 13 pour comprendre à quel point ils poussent l'humour noir dans ce jeu). Tout ce que je peux faire, c'est vous encourager à essayer ces deux monuments pour vous faire une idée duquel est le meilleur, ils sont proprement uniques dans l'histoire des RPG, rien de ce qui a été fait depuis ne s'en approche. Même New Vegas, fait par les mêmes personnes, n'arrivera pas à capturer tout ce qui faisait le sel de ces deux épisodes.

En plus, la bande-son colle bien avec l'univers:

Fallout 1 et 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Bilan provisoire   Mer 22 Mai - 19:55

Bon, ça me fait déjà pas mal de posts quand même. Je pensais en avoir encore sous le coude, mais force est de constater que j'arrive au fond de mon sac à malice.

Je suppose que j'ai oublié quelques trucs qui valent la peine d'être écoutés, je posterai ça à mesure que ça me reviendra, mais à priori, ça devrait être nettement moins fréquent qu'avant. Pareil pour les jeux sur lesquels je pourrais tomber désormais.

De toute façon, il y a déjà de quoi bien s'occuper les oreilles quelque temps avec tout ça Wink

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes souvenirs de vieux-jeune-con-radoteur que moi à les évoquer.

Et j'espère encore plus que vous avez apprécié les musiques, que vous avez essayé le coup de l'hymne à Thorin Oakenshield dans les halls d'Ulduar ou de Forgefer par exemple.

Dans le fond, je ne sais pas vraiment pourquoi j'ai mis tout ça par écrit. Peut-être que j'avais besoin de partager un peu toutes ces expériences de vie de joueur avec d'autres joueur.se.s.

En tout cas, ça m'a bien amusé Very Happy

Peut-être que je ferais une màj des posts, histoire de préciser certains truc, rajouter des liens directement vers des mp3 en plus des vidéos Youtube. Je ne sais pas, je verrais si j'arrive à vaincre ma flemme.

En attendant, si vous-même connaissez des ost sympas, n'hésitez pas à les poster Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: FF6 remixé   Ven 24 Mai - 11:21

Je vous imagine le sourire en coin en train de vous dire que je n'aurai pas tenu longtemps.
A vrai dire, je me dis la même chose, donc je vous pardonne si vous avez eu cette pensée Smile
On va dire que c'est pour la bonne cause Embarassed

Quand je suis tombé sur cette liste qui compile les morceaux de FF6 revus entre les mains d'orchestres, de pianistes et autres, j'ai immédiatement pensé à faire un édit au post du jeu. Et puis, j'ai réalisé que ça risquait d'être noyé dans la masse, et que ce travail méritait plus de visibilité.

Alors voilà, appréciez, il y a franchement de très bonnes reprises, et ça confirme une chose: si rien ne garantit que le Jeu vidéo soit un art (pour moi, le jeu vidéo n'a pas besoin d'être un art, un sport, ou que sais-je d'autre que du jeu vidéo pour être une passion), il peut être porteur d'autres formes d'arts, et parmi ces arts, la musique occupe une bonne place:

FF6 réinterprété
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belazure

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Musique dynamique dans les jeux de combat   Ven 24 Mai - 17:19

J'ai l'impression de ne pas arrêter finalement, mais ça parle de musique, de musique dynamique et en plus de jeux de combat, 'nuff said

Musique Interactive dans les Jeux de Combat Capcom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Young Dumbledore IS FULL OF EPICNESS!!! (update: thread musique de jeux)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Young Dumbledore IS FULL OF EPICNESS!!! (update: thread musique de jeux)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Aide pour Famicom Mini Box
» Acksell's Collection : The Green Hill Zone version 2015
» [Vds] Lot Dreamcast - MS/MD et Saturn Update 18/01 ajout Jeux Sat Jap
» Wouha Pandawa terre level 60/Full xP en Pano
» Stuff lvl70 / Stuff full arêne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
nbng-wow :: La Taverne-
Sauter vers: